Après la recherche – L’action de la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations

Séminaire

Les séances précédentes ont montré les progrès de la recherche sur les biens culturels spoliés. Mais, dans ce domaine, le travail collectif des chercheurs, historiens, conservateurs et archivistes ne vise pas seulement à parfaire la mémoire de la spoliation. Il soutient aussi l’action de justice que mènent les pouvoirs publics. Depuis 1999, la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations propose des mesures de restitution ou d’indemnisation pour les spoliations intervenues pendant l’Occupation. De la recherche à la décision du Premier ministre, comment se détermine la « juste » réparation ? Par des exemples issus de ses vingt ans d’activité, la Commission dévoile les mécanismes de son action.

Intervenants
Jérôme Benezech (CIVS), Claude Bitter (CIVS), Michel Jeannoutot (CIVS)

À propos de ce séminaire

Organisé depuis 2019, ce séminaire s’est désormais imposé dans le champ de la recherche relative à la spoliation des biens culturels, à la provenance des œuvres d’art, et aux conséquences de la perte et de la disparition de ces biens. En 2022, la programmation a été élaborée en collaboration avec la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, et en partenariat avec l’Institut national du patrimoine. Elle poursuit le champ d’investigation, déjà élargi au contexte, à la signification, et aux conséquences des recherches de provenance et des restitutions d’œuvres d’art. Les questions restent nombreuses : pourquoi recherche-t-on les œuvres d’art ? Pourquoi s’intéresse-t-on aux œuvres d’art plus qu’à d’autres biens spoliés ? Quelles sont les conséquences d’une restitution pour les descendants de personnes spoliées ? Qu’est-ce que restituer veut dire, pour les descendants des spoliés, qui se retrouvent aux prises avec une mémoire parfois difficile à affronter, ou pour les musées, qui voient partir une œuvre jusque-là exposée au public ? Le séminaire s’intéresse également aux artistes et écrivains inspirés aujourd’hui par les thèmes de la spoliation, de la disparition et de la recherche des traces. Au côté des chercheurs de provenance, des historiens de l’art, des historiens et des juristes, ces créateurs font vivre le souvenir des hommes et des femmes qui furent spoliés à travers leurs œuvres.

En collaboration avec la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, et en partenariat avec l’Institut national du patrimoine

Comité scientifique
Christian Hottin (INP), Ines Rotermund-Reynard (INHA), David Zivie (ministère de la Culture)

Programme de recherche
« Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (1940-1945) », cheffe de projet Ines Rotermund-Reynard (domaine Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et culturelles, économie de l’art)

Séminaire
La grande galerie abandonnée, 1939 © Centre Pompidou - MnamCci - Bibliothèque Kandinsky / Photo Marc Vaux.

Jeudi 13 octobre, 18h30

Adresse

INHA, Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

2 rue Vivienne - 75002 Paris