Conservations divergentes. Préservation et transmission des collections de provenance coloniale en débat

Rencontre internationale

La conservation muséale en Occident s’est longtemps concentrée sur la préservation physique des objets. Pour stabiliser les artefacts dans le temps, il s’agissait de les soustraire aux influences environnementales changeantes. Aujourd’hui, le régime de patrimonialisation est interrogé à de nombreux égards. Si collectionner, classer, ou encore exposer ont fait partie d’un système de construction des savoirs et de contrôle sur le monde, attribuant des significations à des objets isolés et stabilisés matériellement, est-il possible de réinscrire ces artefacts dans des contextes et des pratiques vivantes ? Une transformation du principe de conservation est-elle possible si des approches multiples sont discutées et appliquées ? Comment repenser les sciences du patrimoine et leur rapport aux objets en prenant en compte les demandes de décolonisation formulées de par le monde ?

En partenariat avec l’université de Berne, projet de recherche « The Exotic? », le Fonds national suisse pour la recherche scientifique, l’université technique de Berlin, programme « Reconnecting « Objects ». Epistemic Plurality and Transformative Practices in and beyond Museums », Volkswagen Stiftung et le laboratoire InVisu (INHA/CNRS)

Comité scientifique
Lotte Arndt (université technique de Berlin), Yaëlle Biro (chercheuse et curatrice indépendante), Manuel Charpy (Laboratoire InVisu, CNRS/INHA), Noémie Étienne (université de Berne), Zahia Rahmani (INHA)

Comité d’organisation
Lotte Arndt (université technique de Berlin), Noémie Étienne (université de Berne)

Parmi les intervenants
Fatima Fall Niang (Centre de recherche et de documentation du Sénégal, université Gaston Berger, Saint-Louis), Isabel Garcia Gomez (Musée d’ethnographie de Genève), John Moses (Musée canadien de l’histoire, Gatineau, Canada), Rosanna Raymond (université de technologie d’Auckland, Nouvelle-Zélande), Ariane Théveniaud (Fondation des sciences du patrimoine), Chantal Umuhoza (Institut des musées nationaux du Rwanda – INMR)

Programme de recherche
« GAP - Observatoire : Globalisation, Art et Prospective » (domaine Histoire de l’art mondialisée, sous la direction de Zahia Rahmani)

Rencontre internationale
Acti.VĀ.tion: ^V^T^,Rosanna Raymond ©Sefan Marks, 2021. Sefan Marks.

Lundi 12 décembre, 09h00

Adresse

INHA, Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

2 rue Vivienne - 75002 Paris