[EN LIGNE] Du programme Alpage au programme Fabrique Numérique du Passé

Atelier numérique

L’Institut national d’histoire de l’art effectue depuis plusieurs années une veille active dans le domaine des humanités numériques avec un accent porté sur ce qui touche au domaine visuel. De nombreux contacts et échanges sont régulièrement établis entre les différentes composantes de l’établissement et diverses équipes sur des problématiques et des projets concernant les enjeux, les représentations, les aspects techniques ou les questions juridiques liées à l’histoire de l’art et à l’image.

Comité scientifique

Jean-Christophe Carius (INHA), Manuel Charpy (laboratoire InVisu, CNRS/INHA), Antoine Courtin (INHA), Johanna Daniel (INHA), Maud Favre-Rochex (INHA), Dominique Filippi (INHA), Michèle Galdemar (INHA), Johann Gillium (INHA), Juliette Hueber (laboratoire InVisu, CNRS/INHA), Pierre-Yves Laborde (INHA), Bulle Leonetti (laboratoire InVisu, CNRS/INHA), Federico Nurra (INHA), Ludivine Schott (INHA)
_______

A propos de cet atelier

Du programme Alpage au programme Fabrique Numérique du Passé

Avec le tournant numérique et le "spatial turn" des années 90, les sciences historiques se sont globalement mises à produire une masse de donnée gigantesque ayant une dimension géographique. Cette dimension géographique leur donne un très fort potentiel de réutilisation par les acteurs de la recherche pour de nouvelles approches historiques à de nouvelles échelles. Ces approches sont potentiellement à la fois plus ouvertes et plus interdisciplinaires, mais elles posent de nombreux problèmes tant méthodologiques que logistiques. La présente communication s’apparente à une rétrospective de 20 années d’approches numériques des données historiques. Du programme ANR Alpage engagé en 2006, au programme ArcheoFab de l’UMR ArScAn en passant par le consortium Humanum Paris Time Machine jusqu’au projet Fabrique Numérique du passé nous présenterons les différentes étapes d’une ouverture progressive des données numériques de la recherche dans le cadre du programme Fabrique numérique du passé. La Fabrique Numérique du Passé se fixe comme perspective de développer pour les sciences historiques des outils accessibles de capitalisation et de mise à disposition des données respectant les principes de l’open data et du FAIR data (Facile à trouver, Accessible, Interopérable, Réutilisable). Cette plateforme s’adresse aux acteurs de la recherche qui le souhaitent afin de leur permettre de s’impliquer simplement dans une démarche d’ouverture des données qui prend pied dans le mouvement plus global de l’open science. Plus fonctionnellement, il s’agit d’agglomérer l’information existante et de mettre à disposition de tous, en libre téléchargement, les données produites dans le cadre de projet de recherche (PCR, ANR, ERC, …etc) dans leur format le plus « brut » afin d’être facilement réutilisables.

Intervenants
Laurent Costa (université Paris Nanterre, ArScAn – UMR 7041), Hélène Noizet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) (sous réserve)

_______

Informations pratiques

Lundi 8 novembre
13h30 à 15h
En ligne (lien d'inscription au webinaire Zoom à venir)

En savoir plus

Atelier numérique

Lundi 8 novembre, 13h30

Adresse

En ligne

2 rue Vivienne - 75002 Paris