Géométrisation et rationalisation du mouvement dans les premiers traités d’équitation français (1593-1630)

Séminaire

Descriptions verbales, repre sentations de la figure, conceptualisation du corps en mouvement et images des traces, du « chemin » sur la page devenue « sol me taphorique », les notations et partitions chore graphiques re vèlent la complexite des re seaux de relations techniques, esthe tiques, mate rielles entre arts visuels et cre ation chore graphique. Ces objets essentiels à l’histoire de la danse s’inscrivent e galement dans une histoire du livre, des publications scientifiques, une culture de la repre sentation technique des arts. Traite s, recueils ou notes de chore graphes relèvent de notations et de systèmes d’e criture multiples, sans cesse renouvele s, qui mêlent parfois images du danseur et transcription de la fluidite du mouvement dans des cre ations composites, dans l’hybridation du signe et de la figure dont il s’agira d’analyser les sources et correspondances visuelles (histoire de l’ornement, art des jardins, chronophotographie…). À partir des fonds conserve s à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la cre ation chore graphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expe riences du xvie siècle jusqu’aux cre ations et interpre tations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthe tique interroge aussi le statut des cre ations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec le Centre national de la danse et la Bibliothèque nationale de France.

Comité d’organisation
Pauline Chevalier, Lou Forster et Antonin Liatard (INHA)

Comite scientifique
Mathias Auclair (BnF), Laurent Barre (CN D), Sarah Burkhalter (Institut suisse des sciences artistiques, SIK-ISEA), Benoît Cailmail (BnF), Pauline Chevalier (INHA), Marie Glon (universite Lille 3), Joël Huthwohl (BnF), Marine Kisiel (laboratoire InVisu, CNRS/INHA), Juliette Riandey (CN D), Laurence Schmidlin (muse e des Beaux-Arts de Lausanne), Laurent Sebillotte (CN D).

Programme de recherche
« Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », sous la direction de Pauline Chevalier (domaine Histoire des disciplines et des techniques artistiques)

_________

A propos de ce séminaire

Géométrisation et rationalisation du mouvement dans les premiers traités d’équitation français (1593-1630)

Les premiers traités d’équitation écrits en français (Le Cavalerice françois de Salomon de la Broue, L’ordre que doit tenir le cavalier envers ses écoliers du sieur de Lugny et l’Instruction du Roy d’Antoine de Pluvinel) sont marqués par une vaste entreprise de géométrisation et de rationalisation des pratiques équestres. Ces enjeux s’y manifestent tant au niveau graphique qu’au sein de la méthode et visent l’établissement de l’équitation comme discipline, laquelle se voit symboliquement décerner ses lettres de noblesse par Louis XIII, qui figure comme personnage central du texte de Pluvinel et illustre un mouvement sinon proprement « chorégraphié », du moins précisément mesuré et ordonné.

Intervenante
Marie Raulier (Université McGill)

Séminaire
Planche tirée de Antoine de Pluvinel, L’Instruction du Roy en l’exercice de monter à cheval, Paris, Michel Nivelle, 1625, (n.p). BnF / Gallica

Mardi 19 octobre, 14h00

Adresse

Institut national d'histoire de l'art (INHA)

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs - 75002 Paris

Conditions

  • Entrée libre dans la limite des places disponibles sur présentation d'un pass sanitaire valide