Iran 2022 : Femme, Vie, Liberté

Sens et expressions d’une révolution

En soutien aux femmes en Iran, l'Institut national d’histoire de l’art accueille la table ronde « Iran 2022 : Femme, Vie, Liberté »

Les intervenants

Nazanin Pouyandeh est une peintre iranienne qui vit et travaille en France. Diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2005 où elle a étudié dans l’atelier du peintre néerlandais Pat Andrea, elle est arrivée à Paris en 1999, quelques mois après l’assassinat à Téhéran de son père, Mohammad Jafar Pouyandeh, intellectuel, traducteur et défenseur des droits de l’Homme. La peinture de Nazanin Pouyandeh interroge le regard sur les instincts premiers de l’être humain à travers une imagerie faites d'influences visuelles multiples empruntées aux différentes cultures. La figure féminine y occupe une place de premier ordre.

Chahla Chafiq est une écrivaine iranienne. En 1982, elle doit fuir le régime Khomeiny et trouve l’exil en France. En 2010, sa thèse sur l’islam politique est récompensée par le Prix Le Monde de la recherche universitaire. Elle est publiée en 2011 aux Presses universitaires de France sous le titre Islam politique, sexe et genre, à la lumière de l'expérience iranienne. Ses essais portent sur les causes et conséquences politiques et sociales de l’idéologisation de l’islam, notamment au regard de la situation des femmes. Ses fictions (nouvelles, romans) portent sur l’exil, le deuil et la révolution iranienne.

Barbad Golshiri est un artiste plasticien iranien. Né en 1982, il fait partie de la génération d’artistes nés après la révolution de 1979. Il a étudié la peinture à l'École d'art et d'architecture de l'Université Azad de Téhéran. Il utilise tout médium pour protester : performance, vidéo, arts plastiques. Il consacre depuis plusieurs années son œuvre au mémorial et des pierres tombales pour des victimes des assassinats politiques en Iran et ailleurs. Nombre de ses œuvres ne sont pas exposables en Iran. Certaines ont été détruites, d’autres sont cachées dans des endroits sûrs.

Philippe Dagen est un universitaire, critique d'art et romancier français. Il publie, depuis 1985, une chronique d'art dans le journal Le Monde.

Sens et expressions d’une révolution

Mercredi 30 novembre, 18h30

Adresse

Institut national d'histoire de l'art - Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs - 75002 Paris - 75002 Paris