Lancement de l'ouvrage « Essai sur la responsabilité » de Robert Klein

en présence des auteurs Jérémie Koering et Carole Maigné ainsi que de Georges Didi-Huberman

« Essai sur la responsabilité » de Robert Klein

Édité par Jérémie Koering et Carole Maigné

Collection « Inédits »

À propos de l'ouvrage

De cet essai philosophique, personne, ou presque, n’a jamais entendu parler. Et pour cause, les cent pages de ce texte subrepticement signalé par André Chastel dans sa présentation à La Forme et l’Intelligible ont sommeillé près d’une cinquantaine d’années en mains privées avant d’entrer, en 2013, dans les collections publiques de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris, rendant alors possible leur redécouverte. Dans cet essai, Robert Klein s’attelle à une question majeure de l’éthique, celle du fondement de la responsabilité. Selon une logique aussi inédite que déroutante, l’auteur, en liant étroitement histoire de l’art et phénoménologie, convoque tour à tour théorie du droit, herméneutique et psychanalyse pour affirmer que la responsabilité se fonde dans le cogito, face au tribunal de la conscience. S’ils ne sont pas explicitement mentionnés, on devine les spectres de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah dans ce texte, écrit vers 1960 et précédant de peu les grands procès des responsables nazis. Klein, ce « “juste”, à qui le repos de la bonne conscience était spécialement interdit », comme le définit son directeur de thèse et collaborateur André Chastel, était jusqu’ici surtout connu pour ses textes d’histoire de l’art. Cette étude révèle la profondeur de sa pensée philosophique et permet de comprendre la continuité qu’il a toujours ménagée entre éthique et esthétique.

L'ouvrage a été transcrit, édité et annoté par Jérémie Koering (professeur d'histoire de l'art moderne à l'université de Fribourg) et Carole Maigné (professeur de philosophie à l'université de Lausanne).

Disponible en librairie et en ligne sur www.lcdpu.fr

À propos de de Robert Klein

Robert Klein est né en 1918 à Timișoara (Roumanie, alors en Hongrie), a d’abord étudié la médecine, la philosophie et les sciences. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est soumis au service obligatoire en raison de sa judéité, puis, à la libération de la Roumanie, il s’engage dans la guerre en Hongrie et en Tchécoslovaquie. En 1947, il part étudier la philosophie et l’histoire de l’art à Paris et se déclare réfugié politique, ce qui lui vaut d’être déchu de sa nationalité roumaine. En 1960, il entreprend sous la direction d’André Chastel une thèse consacrée à l’esthétique de la technè. Son essai sur la responsabilité a probablement été rédigé à cette période, avant son rattachement au CNRS en 1962. Klein met fin à ses jours en 1967 à Settignano (Italie), où il séjournait comme boursier de la villa I Tatti.

À propos de la collection « Inédits »

La collection "Inédits" publie des travaux de figures historiques de l’histoire de l’art, articles, biographies ou essais. Ces textes mettent à la disposition de la communauté des chercheurs des sources pour faire l’histoire de l’art.

en présence des auteurs Jérémie Koering et Carole Maigné ainsi que de Georges Didi-Huberman

Mardi 14 juin, 18h00

Adresse

INHA, Galerie Colbert, salle Fabri de Peiresc

2 rue vivienne - 75002 Paris