Les archéologues à la Bibliothèque : l’exemple d’Émile Espérandieu

Séminaire

À l’origine de l’actuelle bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, la première bibliothèque créée par le couturier-mécène Jacques Doucet est paradoxalement peu connue. Ouverte au public à partir de 1909 sous le nom de Bibliothèque d’art et d’archéologie, cette institution aux ambitions universelles fut créée en moins d’une dizaine d’années grâce à des moyens financiers conséquents ; son fondateur s’appuya sur les conseils et bibliographies de nombreux historiens de l’art ainsi que sur des équipes où des professionnels côtoyaient amateurs, littérateurs et érudits.

L’étude de la création et du fonctionnement de cette institution offre un tableau particulièrement intéressant de l’histoire de l’art telle qu’elle pouvait se pratiquer à Paris au début du XXe siècle ; elle permet de percevoir les réseaux, ambitions et méthodes qui alimentèrent tour à tour les réflexions de Doucet et firent de sa bibliothèque une entreprise novatrice dont la dynamique fut profondément affectée par la Première Guerre mondiale.

Comme l’année passée, le séminaire servira à restituer les dernières recherches menées sur cette bibliothèque exceptionnelle en les remettant en contexte. Les quatre séances permettront ainsi d’explorer les collections réunies par Doucet, les moyens de leur constitution et leurs spécificités, en les confrontant à celles d’autres grandes institutions contemporaines.

Comité scientifique
Ilaria Andreoli (INHA), Pascale Cugy (INHA), Cecilia Hurley-Griener (École du Louvre – université de Neuchâtel), Sophie Liesewicz (INHA), Samuel Provost (université de Lorraine), Marie-Anne Sarda (INHA), Philippe Sénéchal (université de Picardie Jules Verne)

Programme de recherche
« La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet : corpus, savoirs, réseaux »
_______

A propos de ce séminaire

Les archéologues à la Bibliothèque : l’exemple d’Émile Espérandieu

D’abord conçue comme une « Bibliothèque d’art », la Bibliothèque de Jacques Doucet fit rapidement une large place à l’archéologie, dont témoigne l’importance du rôle de Paul Perdrizet et Salomon Reinach comme conseillers, mais aussi comme facilitateurs engagés dans la création d’un instrument inédit. L’exemple du commandant Émile Espérandieu, poussé par Reinach à vendre une partie de ses livres et de ses papiers à la Bibliothèque, où il obtint également un statut de « collaborateur de premier ordre », selon la formule d’Albert Vuaflart, est particulièrement riche et intéressant. Il s’agira ici d’explorer, à travers l’apport de cette personnalité et ses liens avec ses collègues, la conception, la place et le statut de l’archéologie nationale à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Intervenants
Marianne Altit-Morvillez (université Toulouse – Jean Jaurès), Isabelle Périchaud (INHA), Alix Peyrard (INHA), Alain Schnapp (EHESS)

_______

Informations pratiques

Mercredi 8 décembre
17h30-19h30
INHA, galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

Séminaire
Inscriptions de la région de Nîmes, Le Vigan, Avignon, Montpellier : de Nîmes à Montpellier. Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Archives 53, 1, 3, 3.

Mercredi 8 décembre, 17h30

Adresse

Institut national d'histoire de l'art - Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs - 75002 Paris