Performativités noires : cultures visuelles, corps noirs et performances - Autour des sports

Séminaire

En 2020, la mort de George Floyd à Minneapolis lors d’un contrôle de police a fait réagir le monde sportif. Les gestes de contestation alors employés par des athlètes, notamment noir.e.s, font écho à d’autres moments de l’histoire globale au cours desquels des corps catégorisés comme noirs ont été utilisés par les communautés africaines et afro-descendantes comme enjeux et supports de luttes de libération. Cette séance du séminaire « Performativités noires » revient sur ce sujet en étudiant le sport et les activités athlétiques comme espaces de mobilisations politiques fondées sur l’usage du corps. Depuis la fin du XIXe siècle, en effet, la pratique sportive a constitué dans la communauté africaine-américaine aux États-Unis une stratégie de construction du respect de soi contre les stéréotypes raciaux dégradants alors associés au corps noir par le discours dominant. De fait, les athlètes noirs ont souvent joué le rôle de « modèles », pas seulement dans leurs communautés. Que ce soit en France, aux États-Unis ou ailleurs, le sport peut ainsi être considéré comme un élément central des cultures visuelles et politiques des sociétés contemporaines, travaillant les rapports entre performance corporelle, identité raciale et mobilisation politique.

Intervention de Nicolas Martin-Breteau (université de Lille)
Entretien de Lilian Thuram (Fondation Lilian Thuram - Fondation Education contre le racisme, pour l’égalité) avec François-René Julliard (université Clermont Auvergne/Paris Nanterre) et Vivian Braga dos Santos (INHA)

À propos de ce séminaire
Par l’utilisation des archives mémorielles et corporelles propres aux communautés noires, de nombreux artistes participent à l’élaboration de nouveaux récits sur la migration, la circulation et la préservation des gestes. Ce séminaire s’intéresse aux usages de ces références dans les arts dont les corps noirs sont devenus les matières premières de travail ou de support artistique, comme l’art de la performance, les arts du spectacle et le cinéma, en observant les intersections entre ces performativités dans d’autres cultures visuelles, comme par exemple celle du sport. Pour ce faire, il réunira à l’Institut national d’histoire de l’art des spécialistes qui ont développé des réflexions historiques et critiques autour de la blackness en France. Le but est de revenir sur la généalogie de cette histoire et le développement des études qui ont été consacrés à ce sujet, en réfléchissant à la façon dont ces chercheuses et chercheurs en histoire des arts considèrent les corps noirs et les identités noires comme matières principales d’un art contemporain ayant une très forte charge politique. Le corps présent comme résistant à la violence arbitraire héritée du colonialisme et de la traite négrière est au centre des discussions qui seront menées dans le séminaire autour des répertoires artistiques, des esthétiques hétérogènes des performativités noires, et des différents régimes et supports de visibilité.
Ce séminaire qui se déroulera toute l’année 2022 préfigure le colloque international « Performativités noires : esthétiques de la diaspora et archives des corps noirs dans l’art de la performance aux Amériques latines » qui se tiendra le 12 et le 13 janvier 2023 à l’INHA. Le premier trimestre sera consacré à la question des performativités noires dans les arts visuels, les danses et les théâtres. Le second sera dédié aux sports et à l’épistémologie des concepts.

En partenariat avec le Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain (CRBC/ Mondes Américains - EHESS)

Organisation
Vivian Braga dos Santos (INHA)

Comité scientifique
Odette Casamayor-Cisneros (université de Pennsylvanie, Philadelphie), Pauline Chevalier (INHA), Alejandro de la Fuente (Institut de recherche afro-latino-américaine – université d’Harvard, Cambridge), Aurora Fernández Polanco (université Complutense de Madrid), Jean Hébrard (CRBC, Mondes américains – EHESS), María Iñigo Clavo (université ouverte de Catalogne, Barcelone), Zahia Rahmani (INHA).

Programme de recherche
« Observatoire : Globalisation, Art et Prospective » (domaine Histoire de l’art mondialisée)

Séminaire
Cours de gymnastique à la YMCA noire de Washington (v. 1920). Source : Moorland-Spingarn Center, Howard University.

Mardi 4 octobre, 18h00

Adresse

Institut national d'histoire de l'art - Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs - 75002 Paris