René-Jean et le modèle de l’Union centrale des arts décoratifs

Un laboratoire pour l’histoire de l’art : la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet

L’histoire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est indissociable de la personnalité de René-Jean, recruté par Jacques Doucet en 1908 alors qu’il travaillait comme bibliothécaire à l’Union centrale des arts décoratifs. Chargé d’échanger avec les professeurs de l’École du Louvre ou du Collège de France pour leur demander des conseils sur les acquisitions, il cultiva des amitiés avec plusieurs artistes ainsi qu’avec des savants comme Paul Perdrizet, Henri d’Ardenne de Tizac ou Victor Goloubew. Sa correspondance constitue une source primordiale pour comprendre le fonctionnement et les ambitions de la Bibliothèque de Doucet. Cette séance sera l’occasion d’interroger les méthodes de travail de René-Jean à l’aune de sa formation, de ses relations et de ses centres d’intérêts en interrogeant les pratiques qui avaient cours dans son premier environnement de travail, la bibliothèque de l’Union centrale des arts décoratifs.
__

Intervenantes
Stéphanie Rivoire (Musée des arts décoratifs)
Marie-Anne Sarda (INHA)

__

À propos du cycle de séminaires

À l’origine de l’actuelle bibliothèque de l’INHA, la première bibliothèque créée par le couturier-mécène Jacques Doucet est paradoxalement peu connue. Ouverte au public à partir de 1910 au moins sous le nom de Bibliothèque d’art et d’archéologie, cette institution aux ambitions universelles fut créée en moins d’une dizaine d’années grâce à des moyens financiers conséquents ; son fondateur s’appuya sur les conseils et bibliographies de nombreux historiens de l’art ainsi que sur des équipes où des professionnels côtoyaient amateurs, littérateurs et érudits.

L’étude de la création et du fonctionnement de cette institution offre un tableau particulièrement intéressant de l’histoire de l’art telle qu’elle pouvait se pratiquer à Paris au début du XXe siècle ; elle permet de percevoir les réseaux, ambitions et méthodes qui alimentèrent tour à tour les réflexions de Doucet et firent de sa bibliothèque une entreprise novatrice dont la dynamique fut profondément affectée par la Première Guerre mondiale.

Pour sa première année, le séminaire souhaite restituer les dernières recherches menées sur cette bibliothèque exceptionnelle en les remettant en contexte. Les quatre séances permettront ainsi d’explorer les collections réunies par Doucet, les moyens de leur constitution et leurs spécificités, en les confrontant à celles d’autres grandes institutions contemporaines.

Voir le programme complet du cycle de séminaires

Un laboratoire pour l’histoire de l’art : la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet
Émile-Antoine Bourdelle, Ingres, bronze, 1908.

Mercredi 2 décembre, 17h30

Adresse

Institut national d'histoire de l'art - Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs - 75002 Paris

Conditions