Repenser la calligraphie en caractères arabes : enjeux et défis

Séminaire

Strictement codifiée à Bagdad aux alentours du Xe siècle de notre ère, la calligraphie en caractères arabes a connu des développements originaux dans les régions éloignées du berceau historique du monde islamique. Le manque de données relatives à ces calligraphies a largement contribué à concentrer l’attention des chercheurs sur les styles canoniques, bien mieux documentés. Pourtant, l’analyse des vestiges matériels portant de telles formes d'écriture, manuscrits, objets divers ou architectures, éclairent d’autres évolutions, ainsi que d'autres fonctions, de la calligraphie en caractères arabes et permet d'affiner le récit de cet art fondateur dans l’histoire de la civilisation islamique.

Intervenante
Eloïse Brac de la Perrière (INHA)

À propos de ce séminaire : Calligraphie aux frontières du monde islamique. Le volet asiatique : péninsule indienne, Asie du Sud-Est et Chine

Durant la période médiévale, l’usage de la calligraphie en caractères arabes s'est étendu à toutes les langues transcrites dans l’alphabet arabe et ses variantes, donnant naissance à une grande variété de styles, utilisés sur une multitude d’objets et d’architectures dans l’ensemble du monde islamique.
Dans certains territoires éloignés de son berceau historique, et plus exactement de Bagdad où a été défini un canon classique et souvent considéré, à tort, comme unique, les développements de la calligraphie semblent suivre leurs propres règles.
Ces territoires correspondent à la péninsule ibérique, au Maghreb, à l'Afrique subsaharienne, à l'Anatolie, aux Balkans, à l'Inde, à l'Asie du Sud-Est et à la Chine. Ils sont désignés comme « frontières » du monde islamique, à la fois pour marquer leur distance physique avec le berceau historique de la civilisation islamique et parce qu’ils correspondent à des zones de contacts très denses avec d'autres civilisations et d’autres systèmes linguistiques.
Cette année le séminaire est construit autour d’interventions de chercheurs ayant travaillé sur les calligraphies en caractères arabes en Inde, au Pakistan, en Asie du Sud Est (Indonésie et Malaisie) et en Chine.

En partenariat avec Sorbonne Université, l’Agence nationale de la recherche, la Fondation Max van Berchem, Barakat Trust, l’Observatoire des Patrimoines de Sorbonne Université et l’UMR 8167 Orient-Méditerranée

Comité scientifique
Eloïse Brac de la Perriere (INHA), Khalid Chakor Alami (BNF), Maxime Durocher (SU), Michael Feener (Université de Tokyo), Alain George (Oxford), Nathalie Ginoux (SU-OPUS), Scott Redford (SOAS)

Organisation
Eloïse Brac de la Perriere (INHA)

Domaine de recherche
Histoire de l'art IV-XVe siècle

Séminaire
Coran en calligraphie bihari, Inde, XVe siècle, Institut du Monde Arabe. © Institut du Monde Arabe

Lundi 5 décembre, 18h00

Adresse

INHA, Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

2 rue Vivienne - 75002 Paris